Vallée Blanche Full Moon, il y a des jours, comme ça...

20 févr. 2019
Partager sur :

Nous nous préparions tranquillement. Nous : Iris, Mélodie et Charlotte, une petite moitié de la joyeuse collective que j’organisais ce soir-là. « Qui veut des crampons, qui veut un ARVA, qui n’a pas de baudrier… ? » On se croirait en plein milieu d’un souk, la foule en moins !
Chacun était bientôt à peu près équipé pour pouvoir franchir la barrière, celle qui ouvre les portes du monde d’en haut. Mais une bonne partie de la troupe était encore aux abonnés absents.
Tout à coup, coup de fil de Sylvie : « on vient de nous dire que la dernière benne part dans 5mn » « QUOI?!, c’est quoi ce délire ?! J’avais pourtant bien checké, j’étais persuadé qu’elle était à 16h45 ! Allez-y ! (et dans ma tête : qui est déjà là-bas, qui est absent?), on vous rejoint ! ». Évidemment, le premier réflexe consiste à s’en remettre à la faute d’autrui. La CMB évidemment, que l’on cible régulièrement comme la cause de tous nos maux. Mais la complainte devait ici s’arrêter à l’orée d’une réalité emprunte de modernisme : oui, il va falloir accélérer, devenir efficace, efficient, performant, productif…

Pas le temps de ruminer davantage, moi qui me félicitait un instant plus tôt de l’avance que nous avions, de laquelle nous pouvions jouir, et de cette organisation qui semblait huilée.

Branle bas le combat, tel un vendeur à la sauvette, l’étalage est rangé en une fraction de secondes, et nous voilà bientôt en train de sprinter en direction de la benne. Décidément, j’aime Chamonix ! Un peu plus tard, nous parlerons d’Afrique, de Tchad et d’un rapport au temps bien différent. C’est décidé, une fois au sommet de l’Aiguille, nous faisons notre cette maxime qui fait la trame de vie de ces sociétés-là : « tu ne sais ni quand tu pars, ni quand tu arrives ». Nous allons trainer, ralentir, et surtout, prendre la mesure de l’instant présent !


 

Nous sommes tous dans la benne, dégoulinant, sans que l’espacement entre nos corps aide à les tempérer. Oui, la benne est pleine, et oui il s’agit bien de la dernière de la journée. Visiblement, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée-là. Je balaye du regard les faciès qui m’entourent. Certains visiblement m’ont reconnu, et je tente de deviner leurs noms. Bientôt, je rencontre Adrien, Christophe, Sylvie. « Et ou est Francis ? ». « C’est moi ! ». « Mais nous sommes donc au complet ? ». Visiblement oui, j’en reviens pas !

Cette soirée commence à me plaire, car elle met en application un mode d’existence que j’ai adopté, faute de me complaire (ou de parvenir…) dans tout ce qui était trop organisé, planifié, régulé : l’improvisation. Et en montagne, couplée à l’adaptation, elles sont souvent les clés d’une pratique qui fuit des comportements mortifères de type balistique.

Bon, je n’ai tout de même pas de quoi me lancer des fleurs sur cette action là : pas sûr qu’elle confirme et appuie le crédit d’une médaille de guide que je n’ai pas encore !

Sur la passerelle de l’Aiguille, je peux enfin reprendre mes occupations brusquement interrompues : déballage de l’étalage et distribution à la criée, en espérant me séparer de tout ce matériel : une demi-douzaine d’ARVA, autant de baudriers, 4 paires de crampons, 5 frontales…

Nous voilà parés pour une descente nocturne de la Vallée Blanche. Sous la pleine lune, avec lenteur et bonne humeur.

 

Merci à cette formidable équipée, la mayonnaise a pris l’espace d’une longue et belle soirée.

Yann Borgnet

18 février 2019
Apprendre à renoncer !