Canyoning dans le Tessin

28 avr. 2021
Partager sur :

Le Tessin ... Quand on évoque ce nom ça fait « tilt » dans la tête des amateurs de canyon, puisque cette région du sud de la Suisse est tout simplement une des Mecque mondiales pour le canyoning !

Pour moi, LA Mecque, dépassant même La Réunion !

Tout est beau et démesuré … Les premières images qui viennent en tête sont celles de ces toboggans géants polis dans le granit gris vous envoyant dans la vasque émeraude 5, 10 voire 20 mètres plus bas !

J’ai eu la chance d’y aller deux fois en septembre 2020, et je ne m’en lasse pas.

Cette région suisse est particulière puisqu’on y parle l’italien, que le temps et les paysages ressemblent à ceux de la côte d’azur, bref un air de vacances et de farniente. On ne saura que vous conseiller la gastronomie locale à apprécier dans les petits restaurants typiques, les « pozzi », sorte de mini auberges troglodytes qui servent uniquement des produits locaux et simples.

Et puis, surtout, cette région regorge de dizaines de canyons incroyables !

Disons-le tout de suite, ce sont essentiellement des descentes pour des personnes sportives et ayant déjà pratiqué l’activité. Ce n’est pas l’endroit idéal pour découvrir ce sport en famille, ou entre amis le lendemain d’un enterrement de vie de garçon, bien que certains parcours se prêtent à des sorties relativement cool.

Alors à quoi s’attendre vraiment ?

Beaucoup de descentes sont scindées en 2, voire 3 parties, ce qui permet d’adapter la longueur au niveau des pratiquants. Les grands classiques que sont Boggera, Lodrini ou encore Iragna, trois canyons parmi les plus beaux du monde disons le franchement, sont faisables au prix d’une grosse journée de 6h à 8h de canyon. A cela, il faut ajouter la marche d’approche allant de 1h30 à… à 0min ! Eh oui, une des spécificités locales est qu’on peut prendre l’hélicoptère afin d’économiser du temps et de l’énergie ! Mais on perdrait le plaisir d’un échauffement sur des sentiers magnifiques traversant les forêts de châtaigniers et les hameaux de pierre perdus dans les montagnes (parfois encore habités). La navette en voiture est, dans ce cas, une bonne option intermédiaire.

Ces descentes intégrales sont majeures, mais il est toujours possible de ne faire que la partie basse par exemple, ramenant alors la descente sur des horaires plus habituels de 2h à 3h d’activité. Beaucoup de canyons se situent d’ailleurs dans ce registre moyen de 2h à 4h de descente pour 30mns à 1h de marche, ce qui se fait très bien en une journée en prenant le temps d’un pique-nique au soleil en cours de descente.

Tous les parcours ne sont heureusement pas des monstres, et il convient au cours d’un séjour au Tessin de mixer petites et grosses journées pour se ménager, et même de profiter de journées de repos pour aller visiter les lieux, se balader ou grimper pour les plus motivés! Car la région est riche en falaises et en blocs, notamment le site de bloc mondialement connu de Cresciano ! Ici le granit est roi, et il y en a pour tous les niveaux, en couennes comme en grande voie.

Techniquement parlant, les canyons ne sont pas très difficiles si on profite de niveaux d’eau bas. La meilleure période sera donc de juillet à fin septembre. Cela dépend de l’enneigement hivernal, car les cours d’eau prennent parfois leur source très haut en altitude, ainsi que des pluies éventuelles.

Les rappels ne sont pas très grands, généralement dans les 20-30m, rien à voir avec les grandes verticales de 100m de La Réunion. Cependant, il faudra aimer les sauts et les toboggans, car au Tessin un saut de 10m ou un « tobog » de 15m n’a rien d’exceptionnel ! Et si on peut toujours s’arranger en mettant la corde (tout le monde ne peut pas s’envoyer dans un accélérateur de particules de 25m non plus !), l’horaire de descente risque d’exploser, car ici on saute, ressaute, on glisse pendant des heures. Il y a peu de marche entre les obstacles et c’est ce qui est si plaisant ici ! De plus, on arrive très souvent dans de belles grosses vasques profondes, ce ne sont pas des sauts où il faut viser trop précisément. Donc préparez-vous à un aqualand géant et naturel, ainsi qu’à une eau fraîche (entre 10 et 15 degrés) !

Au final, un must du canyon à expérimenter une fois dans sa vie ! N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter si ça vous titille…

On vous laisse quelques images de notre dernière virée dans le Tessin histoire que vous puissiez vous faire une idée encore plus précise de ce à quoi ressemble le paradis du canyon.

Guide, récits et photos : Rémi Riquet