Les bonnes pratiques pour un bivouac respectueux au bord du Lac d'Annecy

15 juin 2021
Partager sur :

Le lac d’Annecy, les montagnes, la nature : notre environnement fait rêver ! Avec la crise sanitaire actuelle de plus en plus de personnes ont besoin de prendre l’air et de s’évader en montagne pour se régénérer et c’est bien normal. Il en résulte malheureusement une sur-fréquentation de certains lieux et dérives dans les pratiques du bivouac et camping sauvage. L’objectif de cet article est de faire le point sur la réglementation, les us et coutumes montagnardes et les règles de bonnes conduites à suivre en bivouac afin de respecter l’environnement et les humains qui vivent et occupent ces lieux toute l’année.

Qu’est-ce-que le bivouac ?

Le bivouac a plusieurs définitions/interprétations. Dans le cadre de nos pratiques en montagne (randonnée, trekking, alpinisme) on le considèrera comme un campement léger et temporaire pour passer la nuit en pleine nature. Les notions de léger et temporaire sont essentielles et le différentie du camping sauvage, qui lui est un campement de plusieurs jours au même endroit. Le bivouac se pratique donc souvent à la belle étoile ou en tente légère pour une seule nuit dans un endroit naturel à l’écart de la civilisation.

 

Que dit la législation française ?

Il n’y a pas de décret propre au bivouac. La législation française ne fait pas de distinction entre le bivouac et le camping sauvage. Les deux pratiques sont confondues dans celle du camping.

En France la réglementation sur le camping est définie dans le décret n°2015-1783 du 28 décembre 2015 relatif à la partie réglementaire du livre Ier du code de l’urbanisme et à la modernisation du contenu du plan local d’urbanisme.

En résumé ce décret stipule que :

  1. Le camping peut être pratiqué librement, hors des routes, voies publiques avec l’accord de celui qui a la jouissance du sol, sous réserve, le cas échéant, de l’opposition du propriétaire.
  2. Le camping pratiqué isolément (comprendre le camping sauvage ou bivouac) est interdit, sauf dérogations :
    • Sur les rivages de la mer et dans les sites inscrits.
    • Dans les sites classés ou en instance de classement.
    • Dans les secteurs sauvegardés, dans le champ de visibilité des édifices classés au titre des monuments historiques et des parcs et jardins classés ou inscrits et ayant fait l'objet d'un périmètre de protection ainsi que dans les aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine ou, lorsqu'elles subsistent, dans les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.
    • Dans un rayon de 200 mètres autour des points d'eau captée pour la consommation.
  3. La pratique du camping en dehors de terrains aménagés peut être interdite dans certaines zones :
    • Par le plan local d’urbanisme (PLU), ou par le document d’urbanisme en tenant lieu.
    • Par arrêté du maire

Où bivouaquer autour du lac d’Annecy ?

Les espaces naturels protégés

Le territoire autour du lac d’Annecy comporte des espaces naturels protégés avec une réglementation spécifique qui interdit le bivouac :

Les réserves naturelles nationales

Les réserves naturelles nationales font parties des espaces les plus protégés et règlementés de France, juste après le cœur des parcs nationaux.

Autour du lac d’Annecy nous comptons deux réserves :

  • La réserve du Roc de Chère
  • La réserve du bout du lac qui comporte un espace de protection lacustre

La réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges

Ce site remarquable, partie intégrante du PNR des Bauges, se situe dans la partie des « Hautes-Bauges ». Il est cogéré par trois organismes (l’ONF, l’ONCFS et le PNR des Bauges). La réserve a été créée en 1913 dans l’objectif de maintenir la population de chamois alors en déclin.

L’arrêté interdépartemental qui s’y applique interdit le camping et le bivouac en milieu naturel qui ne serait pas justifié par une situation d’urgence vitale.

 

Les secteurs sous un arrêté préfectoral de protection de biotope

Ces zones sont soumises à un arrêté préfectoral qui vise à protéger un habitat naturel ou biotope qui abrite une ou plusieurs espèces animales et/ou végétales sauvages protégées. Autour du lac d’Annecy nous listerons les roselières de Saint-Jorioz, le marais de l’enfer et le marais de Giez.

 

Les autres espaces naturels

En dehors des espaces naturels protégés où le bivouac est strictement interdit, il existe autour du lac d’Annecy des sites naturels qualifiés Natura 2000 ou ZNIEFF où la réglementation est moins stricte et autorise le bivouac sous couvert de respecter la nature. Dans ces espaces vous pourrez installer votre tente pour la nuit à condition de respecter les points cités au paragraphe B.

 

Les alpages et espaces privés

La spécificité du territoire autour du lac d’Annecy est sa forte anthropisation. À proximité du lac, le bivouac est difficilement envisageable car vous serez très souvent sur des terrains privés. Plus en montagne vous rencontrerez la problématique liée aux alpages. L’été de nombreux troupeaux (vaches, brebis, chèvres) sont à l’estive et occupent les pâturages. Éviter d’installer votre bivouac au milieu des alpages, choisissez un espace à l’écart de l’enclos où paissent les animaux.

Règles et usages en bivouac

Camper et randonner en pleine nature, et d’autant plus en montagne, est quelque-chose qui n’est pas anodin et qu’il est préférable de préparer. Voici les principales règles à suivre afin de vous créer une expérience de bivouac respectueuse de l’environnement et de vous-même :

 

Planifiez votre bivouac et préparez vous

Ceci vous permettra d’assurer votre sécurité et d’anticiper votre expérience sur le terrain. Voici les points que vous devriez étudier en amont de votre bivouac

  • Votre préparation physique
  • Votre matériel de bivouac
  • L’eau est un élément rare dans les montagnes autour du lac d’Annecy, prévoyez suffisamment d’eau pour être autonome où identifiez les sources sur votre itinéraire. Le site web https://www.refuges.info/ répertorie les cabanes et sources par massif. Si vous consommez l’eau des sources, attention à bien la purifier.
  • L’itinéraire
    • De nombreuses applications GPS existent sur les téléphones (Iphigénie, Outdooractive, IGN Rando etc.) et permettent de planifier votre itinéraire.
    • La carte au 1 :25000 et la boussole restent des éléments les plus sûrs pour vous orienter sur le terrain car ils fonctionnent même après une panne de batterie.
  • La réglementation spécifique à votre zone de pratique (référez-vous aux cartes IGN sur le Géoportail qui répertorie les zones naturelles protégées), contactez la mairie ou le parc où vous allez évoluer si besoin.
  • La météo
  • Les numéros d’urgence
    • Le numéro d’urgence européen : 112

 

Restez sur les sentiers et campez sur les lieux de bivouac identifiés

La sur-fréquentation des sentiers en montagne a un impact très fort sur le sol, il en est de même pour les zones de bivouac. En fonction du couvert (végétal, rocheux, neige), celui-ci sera plus ou moins détérioré à long terme par le passage répété des marcheurs. Il est donc très important de sortir le moins possible des sentiers déjà créés et de camper sur les spots déjà éprouvés afin de limiter l’érosion.

 

Éliminez et descendez vos déchets

En montagne, il n’y a pas de poubelles ni de toilettes. Il se pose alors la question de la gestion de nos déchets.

  • Prévoyez des sacs poubelle pour rapporter tous vos déchets plastiques et alimentaires.
  • Les déchets humains sont polluants. Il est important de les éliminer afin d’éviter la pollution des sources d’eau. Les déchets solides doivent être dans la mesure du possible enterrés à distance d’un lieu de passage et d’un cours d’eau. Le papier toilette utilisé ne doit pas être laissé sur place mais rapporté dans un sac plastique. Pour plus de détails consultez cet article de Montagnes Magazine.

Lorsque vous devez vous laver ou faire la vaisselle, ne le faite pas directement dans le lac ou le cours d’eau car vous allez le polluer. Faite le à distance avec de petites quantités de savon biodégradable.

Laissez ce que vous trouvez

Ne rêvez-vous pas des premières explorations faîtes par l’homme où tout était vierge et à découvrir ? Dans l’esprit de conserver au mieux l’environnement pour que chacun se sente comme un pionnier, laissez les pierres, les plantes et autres objets dans leur environnement naturel, évitez d’introduire ou de transporter des espèces non autochtones.

 

Le feu de camp

Il est vrai que le feu apporte une dimension chaleureuse et magique à nos veillées en pleine nature, mais il a des effets destructeurs durables sur le sol sur des dizaines d’années ainsi que sur l’environnement (risque d’incendie). Il est à proscrire dans certains secteurs (notamment le sud de la France) et en fonction du niveau de risque de feu de forêt.

En France la législation est claire en ce qui concerne les feux: L'article L. 131-1 du Code Forestier interdit à toute personne autre que le propriétaire de terrain, boisés ou non, ou autre que les occupants de ces terrains du chef de leur propriétaire, de porter ou d'allumer du feu sur ces terrains et jusqu'à une distance de 200 mètres des bois et forêts.

Lorsque le feu est autorisé faites-le aux emplacements dédiés où sur d’anciens foyers. Ne coupez pas les arbres vivants (le bois vert ne brûle pas) mais utilisez le bois mort au sol. Ne délimitez pas le foyer avec des pierres qui pourraient exploser sous l’effet de la chaleur.

 

Respectez l’environnement

Observez la faune sauvage à distance, ne les nourrissez pas car cela peut être nocif pour leur santé, cela peut modifier leurs comportements et les expose aux prédateurs et à d’autres dangers.

Si vous marchez avec votre chien, ne le laissez pas divaguer et déranger la faune sauvage, dans les secteurs sensibles évitez de le prendre avec vous ou tenez-le en laisse.

Évitez de vous approcher de la faune sauvage pendant les périodes sensibles : rut, nidification, élevage des jeunes, en hiver.

 

Respectez les autres

La montagne ne vous appartient pas, respectez les autres, soyez courtois vis à vis des autres randonneurs, celui qui monte a en général la priorité, ne campez pas juste à proximité d’un autre campement, évitez les nuisances sonores et profitez de l’harmonie des sons de la nature.

Auteur : Lauris Chaumond

Photos : Lauris Chaumond et Jérémy Janody